Docteur, j’ai la “sarcellite”!

Pour mon avant-dernière étape de voyage, j’ai posé mon sac à dos mercredi à Sarcelles, “ville cité” de 60 000 habitants bien connue, située au nord de Paris.

Il me faut peu de temps pour entendre à nouveau parler des problèmes de “démolitions reconstructions” des bâtiments du Grand Ensemble (à ne pas confondre avec “le village” de Sarcelles, quartier de la ville composé de maisons). Mais j’apprends avec surprise que des habitants ont monté un comité pour empêcher la démolition de leur barre! Il faut dire que certains bâtiments pourraient être réhabilités au lieu d’être démolis et que les gens sont conscients qu’ils ne retrouveront plus le même espace au même prix par la suite, vu le marché immobilier actuel en banlieue parisienne.

Cette question du logement est le cheval de bataille de deux associations que j’ai rencontrées ces derniers jours:

L’association Univers-cité, créée en 1996 suite à la mise en place des comités de quartiers, s’est dotée d’une “cellule logement” chargée de contacter les bailleurs sociaux pour leur demander des comptes ou trouver des solutions aux problèmes du quotidien que rencontrent les habitants de HLM. A Sarcelles, ce type de logement représente 68 pour cent du bâti. Cette organisation des locataires, notamment sur la question des provisions de charge, a obligé un bailleur à fournir des justificatifs clairs alors qu’il n’avait jusqu’ici qu’un classeur désordonné que personnes n’allait voir. L’une des grandes joies de Monique, trésorière de l’association, est de permettre à des personnes timides et sachant mal s’exprimer d’être actrices de ces réunions avec les bailleurs.

Au delà, Univers-Cité organise tout au long de l’année son “tour du monde à Sarcelles”: un périple culinaire par pays ou régions de France qui remporte toujours un franc succès. Le maire de Sarcelles (PS) a même mis la main à la pâte pour préparer un repas de sa région d’origine: la Corse. Elu à 69 pour cent dès le 1er tour, très souvent sur le terrain, on peut dire qu’il est aimé des Sarcellois, même si certains lui reprochent de ne pas remplir toutes ses promesses (peut-être parce que, du coup, il n’est pas assez souvent dans son bureau…) :-)

(ci contre: cuisine indienne chez mes voisins)

A AC! Agir ensemble contre le chômage, la question du logement prend un tour beaucoup plus polémique. Une manifestation a eu lieu en juin contre les expulsions et les revendications vont loin.

Comme le dit Daniel Blanc, président du collectif de Sarcelles, les expulsions ne sont jamais une solution, et la loi prévoit normalement qu’il n’y ait jamais d’expulsion sans proposition de relogement. Si certains locataires profitent du système pour rester dans leur logement le plus longtemps possible sans payer, pour beaucoup d’autres, l’expulsion est l’ultime étape vers une précarisation rapidement dramatique. Les solutions alors sont de vivre chez des amis, à la rue ou dans de grands squats tels qu’il en existe à Sarcelles.

Mais qu’en est-il de cette fameuse sarcellite? En fait, il s’agit d’une expression qui date de la construction du Grand Ensemble de Sarcelles, dans les années 60. Déjà à l’époque, beaucoup critiquent ces constructions qui poussèrent comme des champignons, à Sarcelles ou ailleurs. La maladie des grands ensembles s’était trouvé un nom!

02/08/2008

3 Réponses pour “Docteur, j’ai la “sarcellite”!”

  1. Redigé par Luc Bartramie:

    Bientôt la dernière étape? Mais alors, comment fera-t-on pour voyager avec vous, découvrir, essayer de mieux comprendre, s’ouvrir à d’autres horizons? A vrai dire, je n’avais jamais envisagé que le plaisir de vous lire pourrait trouver un terme ou une pause…

  2. Redigé par Stefano:

    c’est étonnant comment ce voyage porte à sentir la vie des gents, leurs craints et leurs espoirs.
    Bonne dernière étape!
    Stefano

  3. Redigé par raf:

    Excellente demarche je trouve, ca fait plaisir de voir des gens qui bougent, qui essaient de faire bouger les choses. Et par ton blog, on peut comparer ces bonnes idées, en trouver de nouvelles. Ce n’est pas seulement rassurant. Je pense que ce recueil d’idées peut aider des associations ou groupes á exploiter de nouvelles pistes, à refaire ailleurs ce qui a fonctionné, ici ou là.

    Bon courage, je trouve ton blog de mieux en mieux

Laisser un commentaire