Archive pour le août 21st, 2008

Viva la playa!

Jeudi, août 21st, 2008

C’est par un samedi ensoleillé que quelques soeurs Xavières, Maël (un jeune Rochelais) et moi-même décidons de partir en balade avec quelques enfants du voisinage.

 Avec un taux de chômage frisant les 50 pour cent dans certaines parties de Mireuil, de gros problèmes d’analphabétisme des adultes et une population souvent issue du quart monde, le quartier a sa part de difficultés qui déteint sans nul doute sur les enfants.

 L’idée de leur proposer quelque chose trottait depuis longtemps dans la tête de Béatrice, soeur Xavière qui vit à Mireuil et connait quelques familles. Même si la mer est toute proche, elle sait que certains enfants sortent très peu du quartier, à l’image des deux petites dernières d’une fratrie de dix enfants que nous voyons toute la journée dehors en train de faire du vélo et de se chamailler.

Nous décidons donc quelques jours avant samedi de coller des affiches dans les cages d’escaliers de notre rue et de proposer une sortie pique-nique. Comme les Xavières sont bien connues dans le quartier, et que certaines familles nous ont déjà dit oui oralement pour une sortie, nous ne craignons pas le flop.

Le matin même, nous ne savons pourtant pas précisément combien d’enfants seront intéressés et allons au point de rendez-vous avec toutes les hypothèses en tête (”si ça se trouve, on va se retrouver avec trente gamins” ou alors “oh, ils seront une dizaine à tout casser”)….

Nous constatons avec surprise que les parents sont déjà là avant l’heure, tenant les petits sacs à dos de leur bambins, comme prêts eux aussi à partir. On les sent contents et sérieux dans la préparation des affaires de chacun, n’oubliant pas la crème solaire, le goûter, les deux paires de chaussures…

Et nous voilà finalement en route avec huit enfants et 5 accompagnateurs (3 Xavières, Maël et moi); bref, un encadrement de luxe! 

Nous mettons le cap sur le grand parc du centre ville, où nous nous arrêterons pour jouer et pique-niquer, mais aussi pour regarder les animaux. Après quelques jeux indémodables (foot, le facteur n’est pas passé, 1,2,3 soleil), il est dur d’attendre midi pour commencer à déballer les sandwiches. Mis à part une petite fille qui n’a pour repas que des paquets de chips, une boisson gazeuse et des petits gâteaux, les autres ont un panier plutôt varié même si tous les sandwiches ont été achetés.

L’escale chez les animaux réveille les talents de certains: c’est à celui qui imitera le mieux le cri strident du paon, parviendra le plus longtemps à caresser les petits chevreaux, ou à soutenir l’odeur d’un vieux bouc aux poils crasseux…. Nous parvenons dificilement à détacher les enfants des cages tant ils sont fascinés par les animaux. Heureusement, nous avons une arme invincible: LA PLAGE!!

“Est-ce qu’on va se baigner?

-Non, on ne peut pas.

-Allez, s’il te plaît!!

-Non, non.

-Mais pourquoi on ne va pas se baigner??”

Pas facile de faire entendre aux enfants que nous n’avons ni le temps ni l’autorisation pour leur baignade! Heureusement, ils n’insistent pas trop. Nous parvenons à la plage juste à la sortie du parc. Le temps de poser les sacs et nous voilà à courir sur le sable chaud et à mettre les pieds dans l’eau. Si certains garçons font les fiers et préfèrent jouer au foot sur le sable, les petites filles ne peuvent retenir leur excitation et leur joie d’être mouillées par des vagues plus hautes que prévu. Un bonheur tout simple, des rires, des éclaboussures, sous l’oeil amusé de certains touristes qui semblent comprendre que ces enfants ne viennent pas ici tous les jours.

Mais c’est déjà l’heure de rentrer et nous avons encore pas mal de marche jusqu’à Mireuil. Le temps d’attraper en chemin un lézard, de faire une pause goûter, de ramener une petite qui refuse finalement de marcher, de réconcilier une bagarre de dernière minute, et notre sortie avec les enfants est déjà terminée.

Pour moi qui n’ai jamais fait d’animation ni encadré de sorties avec d’aussi jeunes gens, c’était un peu le baptême du feu. Mais j’ai fait l’expérience que ces enfants là sont facilement contents, et qu’ils n’ont pas besoin que je me casse la tête pour trouver de quoi s’amuser.

Les jours suivants, je sens bien que cette sortie nous a rapproché de ces enfants, pour certains si farouches, et que de vraies relations de confiance pourraient se tisser si d’autres sorties étaient prévues. 

Le mot est lancé pour l’année prochaine!