Un après-midi en Service Social Départemental

 

Me voilà sortie d’une « régul’ », soit une réunion de régulation dans le jargon du service social de secteur.

 Autant dire qu’en cette période de départs en vacances, cela sens le soufre dans la salle de réunion et l’atmosphère, à l’image du temps orageux qui fait branler les fenêtres du service, est électrique.

Il s’agit, en moins de temps possible, de vérifier les plannings et profils de postes des assistantes sociales qui viendront en septembre remplacer ou renforcer l’équipe actuelle ; de dispatcher entre celles qui restent les dossiers de celles qui s’en vont ;  et surtout, d’évoquer quelques situations épineuses afin d’avoir l’avis des collègues et de la responsable.

 Ajoutez à cela une répartition du travail intéressante mais parfois laborieuse en trois pôles (enfance, « BULO » autrement dit budget/logement, et insertion) et une usure bien compréhensible des assistantes sociales sans cesse confrontées à l’urgence, à une très forte précarité et à l’agressivité qu’elle engendre, et vous aurez une petit idée de ce que signifie être travailleur social du Conseil Général à Cergy Saint Christophe !

 Et pourtant, malgré la masse de travail et le nombre de situations sans issues (notamment en ce qui concerne le logement), je sors de cette réunion encore plus déterminée dans mon choix d’être assistante sociale, et si possible d’exercer mon métier en banlieue.

Peut-être parce que, malgré quelques signes de fatigue ici et là, je sens ici un vrai travail d’équipe, composée d’une dizaine de travailleurs sociaux. Sans doute aussi parce que le public de ce secteur est d’une très grande diversité de culture et que cela a toujours attisé ma curiosité.

Mais la raison principale de ma satisfaction est la rencontre avec Mme Subtil, responsable adjointe de la circonscription, qui a eu la gentillesse de m’accorder plusieurs heures de son temps et surtout la simplicité de partager avec moi certains de ses questionnements.

 Comment faire pour améliorer l’écoute et le dialogue au sein d’une équipe de travailleurs sociaux, surtout quand elle est nombreuse et débordée ?

Le mot d’ordre de l’intervention sociale est d’encourager l’autonomie de la personne. Mais si la personne suivie n’est pas en capacité de se débrouiller seule, jusqu’où doit aller le travail de l’assistante sociale pour éviter l’assistanat mais aussi le reproche de « n’avoir rien fait » pour elle ?

 Bref, guère de réponses mathématiques, mais un travail de discernement affiné que Mme Subtil, qui porte si bien son nom, met en œuvre jour après jour à Cergy.

 

 

 

 

 

 

 

 

07/07/2008

5 Réponses pour “Un après-midi en Service Social Départemental”

  1. Redigé par le grain de cel:

    En faisant du riz indien ce soir, j’ai pensé à toi ! Tu as l’art de donner envie de goûter à la différence !-)
    je vois que tu n’as pas le temps de t’ennuyer, et ça fait plaisir de voir nos banlieues sous cet angle, ça rabotte les préjugés !
    On est fiers de notre Véro internationale, qui va à la rencontre de l’Autre pour mieux devenir Soi.
    Big bisous ma belle !
    Cel

  2. Redigé par benedicte:

    Salut Véronique,

    Quelques uns de tes p’tits patients préférés sont ravis que tu reviennes en stage à l’hôpital (notamment un espagnol désordonné si tu vois c’que je veux dire?!)
    C’est très chouette ce que tu fais!
    Biz
    Bénédicte

  3. Redigé par JP:

    Content de voir que cela confirme ton choix et continue de te motiver !

    Et merci d’avoir si promptement repris une de mes expressions (j’avais réfléchi pour la trouver !!) ;-)

  4. Redigé par Leila:

    Namaste !
    Un petit coucou du Nepal ou je suis depuis une petite semaine. Ton blog est super sympa et les messages qui s’en degagent sont plein d’espoir… Ca change des etiquettes que les journaux collent aux banlieues ! Bon courage pour la suite !
    Leila

  5. Redigé par Stefano:

    Véronique,
    le besoin de reconnaissance se fait entendre à Cergy. L’écoute que tu donnes à chacun réponde à ce besoin,
    il restitue à chacun une image plus vraie de lui et de sa ville. Quelle ville!
    c’est une explosion de vie.
    Bonne insertion à Toulose, la pélérine parmi les gens!

Laisser un commentaire